Coumba Gawlo: J’ai beaucoup mûri musicalement, humainement, personnellement… (1ere partie)

A quelques jours du méga concert que la grande diva, la gazelle noire, en tant qu’ambassadrice du Pnud, s’apprête à tenir à Bouaké en Côte d’Ivoire le 17 novembre prochain, Coumba Gawlo nous a accueillis dans son nouveau quartier général en plein chantier sis à Sacré cœur 3.

Et c’est pour parler « plus sérieux » avec elle.Car Coumba Gawlo dit avoir « beaucoup mûri ». Autrement dit, aborder avec elle son côté « militant pour les causes nobles ». Pour ne pas dire son « côté philosophe ». Entretien.

Coumba, vous vous apprêtez à faire un saut en Côte d’Ivoire plus précisément à Bouaké, peut-on savoir les raisons de cette visite au pays de Houphouët-Boigny?
Effectivement, nous allons nous retrouver à Abidjan le 17 Novembre prochain plus précisément à Bouaké où j’aurai à donner un méga concert en fin de journée mais qui sera précédé par une journée de sensibilisation sur la lutte contre la pauvreté dans le cadre des Omd. Notamment le Sida, l’amélioration des conditions de vie de l’enfant, la scolarisation des filles et leur maintien à l’école et l’émigration clandestine. Mais le programme de cette année a quand même une particularité. Surtout si l’on sait que cela se passera à Bouaké, une ville symbolique.

Et quand on sait que depuis les événements de Côte d’Ivoire, il n’y a pas eu d’artistes, je pense, si je ne me trompe, à part Tiken Jah Fakoly, qui ont eu à y donner un concert. Et je me sens honorée, et flattée en tant que Sénégalaise mais aussi en tant que femme d’avoir à me produire dans cette ville symbolique de Bouaké dans le cadre de ma mission d’ambassadeur pour la lutte contre la pauvreté.

Est-ce qu’il y a d’autres artistes africains ou étrangers qui vont participer à cette grande manifestation?
Nous avons des artistes de la localité qui vont venir car à chaque fois que nous organisons ce genre de manifestation, nous y convions des artistes du pays. C’est un programme étranger, c’est-à-dire que nous, en tant qu’artistes étrangers, on a pris un programme que l’on a déménagé dans un pays et donc il est très important pour nous d’y associer les artistes de la localité. C’est pour cette raison qu’il y aura des artistes ivoiriens comme Thierry Major, le rappeur de 12 ans Bébé Arafat, l’humoriste Adama Daîko… Ce sont des artistes assez connus en Côte d’Ivoire. Des rappeurs, des artistes du coupé- décalé aussi, qui sont très présents et qui vont s’associer à ce programme.

On sait que vous avez été déjà été au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Le 17 prochain, ce sera au tour de la Côte d’Ivoire, quelles sont les prochaines étapes de cette grande tournée?
Ce programme existe depuis 2002 et depuis l’année dernière, il a été «internationalisé». Chaque année nous essayons d’innover en l’élargissant parce que l’objectif principal de ce programme, c’est le rapprochement des peuples d’Afrique et cette année, par la grâce de Dieu, il s’est élargi par la ville d’Abidjan. Et après, nous aurons à faire le Gabon, la Mauritanie, la Gambie. Nous retournerons au Mali encore pour l’édition de cette année, ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger qui verront le programme pour la 2e année consécutive.

Vous embrassez beaucoup de domaines d’activités mais, il y a des Sénégalais qui vous critiquent, qui font des remarques sur tous ces artistes nationaux qui s’investissent dans beaucoup de crises à l’étranger mais qui snobent un peu nos réalités propres. Par exemple, il y a un grand bouillonnement sur le plan politique au plan national, avec l’opposition qui réclame des assises nationales depuis très longtemps, le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter, une crise sociale très aiguë. Sur le plan politique, il y a la rébellion en Casamance, avec le mouvement irrédentiste et souvent, on ne voit pas les artistes nationaux, que répondez vous à ceux qui formulent ces critiques?
Je pense que ces critiques ne sont que flatteuses pour moi. Nous sommes Sénégalais, le public nous aime et souhaite que l’on soit toujours plus proche d’eux mais je pense que pour ma part, je suis très impliquée dans ce qui se passe dans mon pays parce que ce programme que je développe dans la sous-région est avant tout un programme que j’ai développé dans mon pays. Parce que nous le faisons chaque année dans la sous- région pour sensibiliser notamment sur l’émigration clandestine. Car il faut signaler que j’ai été très impliquée dans le combat contre l’émigration clandestine depuis plusieurs années bien avant même que d’autres artistes s’impliquent dans cela avec l’Onuduci.

De même que sur la drogue et la scolarisation des jeunes filles, leur maintien à l’école. Dans le cadre de mon association «Lumières pour l’enfance pour tous» qui concerne notre pays et d’ailleurs, c’est ce qui m’a poussé à vouloir élargir mon implication au-delà d’autres frontières vu que la demande m’a été faite par d’autres, tout simplement parce qu’ils ont vu le combat que je mène dans mon pays. Maintenant, pour ma part, je vais essayer d’accentuer cela, de redoubler d’efforts mais je pense que je suis déjà très impliquée dans mon pays.

Trois ans que vous êtes ambassadrice du Pnud. Quel bilan faites-vous de vos activités depuis cette période?
C’est un bilan très positif quand on sait que j’ai eu à aller avec le Parep, le Pnud... Il faut signaler que mon implication commence chez moi d’abord, j’ai eu à visiter des villages dans le Fouta comme Namardé, Namarel. J’ai été jusqu’à Ndioum, Matam, Saint-Louis en tant que femme qui croit au développement et à l’entreprenariat féminin dans le cadre de ma mission dans la lutte contre la pauvreté. Et j’ai eu à rencontrer des femmes extrêmement dynamiques et intelligentes. Une manière aussi de sortir de mon domaine en tant qu’artiste pour voir aussi d’autres femmes s’activer et les encourager. Et ce sont des femmes qui se sont constituées en Gie, en organisations de femmes couturières et j’ai eu à véhiculer des messages à ces femmes, à aller visiter des écoles pour enfants.

J’ai eu aussi à sensibiliser des parents sur l’importance capitale qu’il y a à scolariser les filles, d’avoir un taux assez important de femmes intellectuelles demain. Et au-delà de cela, j’ai eu à élargir ma mission dans d’autres pays comme le Burkina. Où j’ai eu à visiter le camp des femmes rejetées, qui sont accusées de sorcellerie. Une manière pour moi, Africaine, de leur dire que nous sommes tous pareils. On a tous besoin d’être soutenu. Et puis d’autres actions dans le cadre de la sensibilisation notamment sur l’éducation, l’entreprenariat féminin, sur la scolarisation des filles, sur les maladies sexuellement transmissibles (Mst) et sur l’émigration clandestine dans le cadre de mes tournées «School tour», (la tournée des écoles).

Parce que je pense que les personnes qui ont besoin d’être sensibilisées sur la question de l’émigration clandestine sont les jeunes. Notamment, les jeunes et la drogue, les jeunes qui sont dans les écoles afin de les encourager à beaucoup plus étudier parce que nous avons encore besoin de jeunes étudiants. Nous avons besoin d’intellectuels, et leur dire que c’est bien beau de partir, mais il faut partir dans des conditions saines. Il faut partir dans des conditions claires pour éviter ce qui se passe en ce moment. (Suite et Fin)

Source: L'Observateur

1 commentaire:

Maître SANTOS a dit…

Marabour Feticheur Grand sorcier MAITRE SANTOS , je suis là pour tout vos problème de vie. Votre voyant avec (PAPA SANTOS dans la république du Bénin) Le marabout sorcier peut vous aider partout, où que vous soyez dans le monde, et dans tous les domaines comme :
*Amour *tendresse *fidélité conjugale *retour de l'être aimé *rencontre d'un nouvel
amour. *Argent *Chance aux jeux *Trouver du Travail *Examens *Réussite dans la vie
professionnelle. *Protection contre le danger *désenvoûtement *impuissance etc...
faiblesse ,malchances qui crée le chaumage aux jeunes ,toi qui a de probleme
de mamie, efficace et rapide.. Discrétion assurée,travail aussi par
correspondance et par téléphone, déplacements possible.

CONTACT MAITRE SANTOS
E-mail personnel : lemaitresantos@hotmail.com
Tel personnel : +229 97 45 85 00
Site web: www.marabout-vaudou-occulte.com
Site web: www.sorcier-vaudou.onlc.be

 
{http://www.leboytown.blogspot.com/}.