Les avoirs africains hors du continent s'élèvent à 400 milliards de dollars, selon un expert

Les avoirs africains placés hors du continent s'élèvent à 400 milliards de dollars, a indiqué jeudi à Dakar, le coordonnateur des affaires économiques de la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement (CNCUD), Janvier Nkurunziza.

''La fuite des capitaux cause beaucoup de dommages au continent africain. Les avoirs africains dans le monde sont évalués à 400 milliards de dollars soit le double de la dette africaine estimée à 215 milliards de dollars'', a-t-il déclaré.

L'économiste burundais s'exprimait au cours de la présentation officielle à Dakar du dernier rapport de la CNCUD sur le développement économique en Afrique intitulé : ''Retrouver une marge d'action : la mobilisation des ressources intérieures et l'Etat développementaliste''.

''Avec cette manne financière représentant le double de la dette extérieure du continent estimée à 215 milliards de dollars, l'Afrique est en position de créditrice vis-à-vis du reste du monde'', a-t-il également signalé.

Selon M. Nkurunziza, la question qui se pose est de savoir pourquoi cette manne financière ne sert pas au développement du continent. ''Au delà détournements de fonds, la plupart des compatriotes ont peur d'investir sur le continent. D'où une remise en question des méthodes de gestion'', a-t-il relevé.

''L'Afrique doit compter de plus en plus sur ses propres ressources. Le continent noir doit changer de paradigme de développement. Depuis les indépendances les stratégies de développement en Afrique sont élaborées en fonction de l'aide extérieur'', a-t-il préconisé.

Selon lui, il est temps pour l'Afrique de concevoir elle-même son modèle de développement. La mobilisation de ressources est possible si des efforts sont consentis dans les secteurs à fortes potentialités.

Il a souligné que ''les taxes intérieures doivent être organisées de façon à permettre aux Etats d'acquérir des ressources supplémentaires. En Afrique en général, la moyenne des ressources fiscales représente seulement 16 % du Produit intérieur brut (PIB)''.

''Les pays producteurs de pétroles ont des moyennes supérieures. L'Algérie par exemple tire 38 % de ses recettes des rentrées fiscales, mais une grande majorité de pays ne récoltent que 10 % de recettes fiscales'', a encore signalé le chargé des affaires économique africaines de la CNCUD.

Pour Janvier Nkurunziza, les Etats africains doivent se muer en Etats développementalistes à travers la mise en place d'infrastructures adéquates, la définition claire de politiques de développement visant à éradiquer la pauvreté.

''Il faut promouvoir la croissance économique, la protection des investissements et le contrôle des facteurs démographiques. Il n'appartient pas au secteur privé de construire les ponts les routes ou d'élaborer les politiques de développement nationaux'', a-t-il par ailleurs indiqué.

Source: APS

2 commentaires:

bogos a dit…

Salut tout le monde je me nomme Boubacar Cissokho,pour que l'afrique sort de la pauvreté d'abordvous les dirigents soyez honnetset faire des recherches dans tous les coins et recoins de votre pays pour voir tout ce qui se passe et sans l'intermédiaire de personne parceque vous étes élus par le peuple rien que pour régler nos besoin, corriger tous les escroc,les voleurs de milliards et ceux sont à or la loi sans pitié et c'est valable pour toute personne commençant par le Président jusqu'à le plus petit de ce pays.De régler aussi les problémes les plus sérieuses que ce soit la nouriture,l'eau,lélectricité et le transport et l'éducation ceux les choses fondementales et de faire la déclaration patrimoine avant de prendre un poste sans le gouvernement.Les hommes aient tout ceux ont besoins afin de ne pas demander ou d'escrocer les chauffeurs de transport y compris les douaniers,les agents des services publics.

Boubacar Cissokho a dit…

Salut tout le monde, je me nomme Boubacar Cissokho,ce que j'ai à dire sur la pauvreté soit disparu,vous d'abbord les dirigents de l'frique investissez vos argents que vous laissez dans les banques étrangers,les sénégalais en sommes les premiers:le gouvernement,la sociétés civile et de créer des emplois sans discrimination par exemple ici au sénégal ou vous passez vous voyez des sachets plastiques pourquoi ne pas l'exploiter,sur l'agriculture de maitenire les éléments qui étaient libéré et de faire travailler dans les champs et bien payer.Aussi de punire sévérement les escrocs,les voleurs,les prostitués et les détournements de mineurs,les andicapés de faire travailler selon leur compétances et leur capacités.

 
{http://www.leboytown.blogspot.com/}.