Sénégal: Le métier de sage-femme à défaut d'un autre

Pour pouvoir suivre la formation de sage-femme, aussi bien à l'Endss (École nationale de développement sanitaire et social), qu'au niveau des écoles de formation privées, il faut tout juste le Bfem (Brevet de fin d'études moyennes).

Pourtant, selon Mme Marième Fall, présidente de l'Association nationale des sages-femmes d'Etat du Sénégal, il a été constaté que de 1986 à 1988, 90 per cent des élèves sages-femmes étaient des bachelières ou même des étudiantes. A partir de 1992, le taux de bachelières passe carrément à 100 per cent. Un fait qui démontre que la plupart des sages-femmes n'étaient pas guidées par l'amour de la profession, mais elles la choisissaient faute d'avoir mieux.

Ce que confirme Mme Ndecky, responsable de la filière sage-femme de l'Endss, qui ajoute que les élèves ne sont plus guidées par l'amour du métier comme l'étaient ceux des premières promotions. " Elles choisissent ce métier parce qu'elles sont sûres de ne pas chômer, puisque les sages-femmes manquent au Sénégal ".

Une situation qui, selon, Mme Marième Fall peut avoir des répercussions sur la qualité des services au niveau des structures de santé.

Source: Carapid.com

Aucun commentaire:

 
{http://www.leboytown.blogspot.com/}.