L’Ecole Senegalaise de nouveau dans la tourmente


Trois jours de grève générale dans tous les établissements d’enseignement public du Sénégal à partir d’aujourd’hui, mercredi 24 octobre jusqu’au vendredi prochain.

Moins de deux semaines à peine après la rentrée officielle des classes, l’Intersyndicale enseignante forte de près de dix-huit organisations syndicales décide de paralyser le système éducatif sur l’étendue du territoire national, conformément à son mot d’ordre de grève annoncé en point de presse le 03 octobre dernier.

Dès l’entame de l’année scolaire 2007-2008, la crise vient ainsi frapper de plein fouet une école déjà fortement perturbée, année après année, par des remous et des dysfonctionnements fortement préjudiciables à son développement.

Les deux millions d’élèves et de potaches des établissements d’enseignement public du Sénégal vont renouer dès ce jour, mercredi 24 septembre, avec les cycles récurrents des grèves et des débrayages qui perturbent depuis belle lurette le système éducatif sénégalais.

Pour cause, l’Intersyndicale enseignante, un cartel qui regroupe presque toutes les structures syndicales des personnels d’encadrement pédagogique au nombre de dix-huit (18), exécute pour soixante-douze heures (72 h) son mot d’ordre de grève décliné lors d’un point de presse, le 03 octobre dernier.

Les camarades d’Atoumane Diaw, le coordonnateur du cartel syndical, inflexibles dans la dynamique de satisfaction de leurs revendications et dans leur bras de fer avec l’Etat, adressent par là les premiers coups de semonce d’une grève larvée qui pourrait poser de sérieuses hypothèques sur l’année scolaire en cours à moins que des mesures urgentes ne soient appliquées par les autorités de l’Etat.

Des mesures allant dans le sens du respect des accords Gouvernement-syndicats d’enseignants conclus de 2003 à 2006 comme en mai 2007 et relatives à l’extension de l’indemnité de recherche documentaire à tous les enseignants sans exclusive et sans contrepartie horaire, à l’attribution de parcelles dans les Zones d’aménagement concerté à Dakar comme dans les régions, voire à l’accès à la formation diplômante pour les corps émergents, qu’ils soient volontaires ou vacataires, maîtres ou professeurs contractuels.

Avec ce premier mouvement de grève exécuté pour aujourd’hui, demain et après-demain, l’année scolaire en cours démarre de fait par les premiers signes annonciateurs de la paralysie générale programmée par les syndicats d’enseignants en lutte contre des autorités qui tardent à matérialiser les points d’accords déjà signés et surtout très peu pressées à ouvrir des sessions de négociations pour établir « d’accord partie les modalités de mise en œuvre de ces accords accompagnés de leurs échéanciers », dixit Mamadou Diop Castro de l’Union démocratique des enseignants du Sénégal (Uden).

L’école encore dans l’œil du cyclone
A peine entamée avec une ouverture des classes cahoteuse du fait de la concomitance de la fête de la Korité et du renchérissement drastique du coût de la vie qui affecte très sévèrement les bourses des parents d’élèves, l’année scolaire 2007-2008 semble subir comme le constatent beaucoup d’observateurs les contrecoups d’un dialogue social en rupture dans le système éducatif sénégalais.

Alors même que l’année scolaire écoulée, celle de 2006-2007, a été sauvée de justesse le 30 mai dernier, suite à l’implication expresse du chef de l’Etat qui avait dû jouer les « sapeurs pompiers » après le blocage des négociations Gouvernement-syndicats. Me Abdoulaye Wade s’était en effet engagé personnellement dans la crise scolaire en recevant les responsables moraux des syndicats d’enseignants et surtout en promettant de débloquer au mois de décembre sept (07) milliards de Fcfa pour régler la question de l’Indemnité de recherche documentaire (Ird).

Allant même plus loin lors de son discours de politique générale du 17 septembre dernier, le chef du gouvernement Cheikh Hadjibou Soumaré s’était dit disposé à respecter ces promesses du chef de l’Etat et surtout à intégrer dans la Fonction publique en 2008 tous les enseignants titulaires de diplômes professionnels.

Apparemment, ces diverses initiatives de l’Exécutif sénégalais ne semblent pas avoir atténué la disposition de l’Intersyndicale enseignante à engager la bataille voire le bras de fer avec l’Etat pour contraindre ce dernier à appliquer les accords signés. Et cela en dépit de la fissure constatée au sein de l’Intersyndicale dont certaines organisations comme le Sels de Souleymane Diallo et l’Ades de Diouf Niokhobaye se sont désolidarisées du mouvement de grève.

Voire des menaces de coupure ou de suspension des salaires qui ont été brandies par le ministre de l’Education, le Pr Moustapha Sourang, contre tous les enseignants en cas de grève non justifiée, en raison des efforts déployés par l’Etat pour promouvoir la fonction enseignante. Cette mesure si elle est appliquée à partir d’aujourd’hui, premier jour de la grève générale, risquerait à coup sûr de cristalliser davantage la disposition revendicative des syndicats d’enseignants.

Comme on le constate ainsi avec ce premier mot d’ordre de grève dans le système éducatif, l’équation zéro perturbation semble devenir un véritable éléphant blanc pour une école qui plonge encore une fois, dès le début de l’année scolaire en cours dans une tourmente aux conséquences imprévisibles.

Source: Sud Quotidien

2 commentaires:

Maître SANTOS a dit…

Bonjour
Je suis un grands voyant medium spiritual spécialiste de tous travaux occultes !
- Vous avez un problème de mariage ?
- Vous avez des problèmes a concevoir un enfant ?
- Vous avez des problèmes dans votre familles ?
- Vous avez des problèmes financiers ?
Je vous aide à résoudre tous vos problème, même les cas les plus désespère : Amour, protection contre les ennemies et les mauvais sorts, guérit l’impuissance, fidélité absolue (affection retrouvé).Fait venir ou
revenir la personne que vous aimez, complexe physique et moraux, chute de cheveux, attraction de la clientèle pour les vendeurs, chance dans tous les domaines, réussite dans les affaires, examens, permis de conduire, concours et timidité.
je suis au BENIN (Terre du VODOUN et FETICHES)
Une solution adaptée a vos problèmes après consultation Reçoit tous les jours sur RDV.me contacter uniquement par mon mail et me laisser aussi votre mail.

CONTACT MAITRE SANTOS
E-mail personnel : lemaitresantos@hotmail.com
Tel personnel : +229 97 45 85 00
Site web: www.marabout-vaudou-occulte.com
Site web: www.sorcier-vaudou.onlc.be

Maître SANTOS a dit…

Très souvent quand la vie vous semble rose en amour, il faut penser parfois aussi aux moments désagréables car il n’y aucune vie sans problème. Ce pendant pour éviter ces moments désagréables en amour et vie en couples, il faut souvent prendre certaines précautions à savoir le Rituel magie pour renforcer l’amour de l’être aimé du medium marabout voyant Santos. Ce puissant rituel de magie vaudou vous permet de toujours renforcer l’amour de votre partenaire, votre amour en couple sera toujours brillant et durable. Plus rien ne pourra vous separer que cela soit naturel ou mystique.

NB: Ce rituel se fait de préférence le premier mardi du mois et la nuit à partir de minuit.

CONTACT MAITRE SANTOS
E-mail personnel : lemaitresantos@hotmail.com
Tel personnel : +229 97 45 85 00
Site web: www.marabout-vaudou-occulte.com
Site web: www.sorcier-vaudou.onlc.be

 
{http://www.leboytown.blogspot.com/}.